En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Logo_urep_07042020

UMR 0874 Ecosystème Prairial (UREP)

Protéger les prairies permanentes : une priorité pour la biodiversité et l’agroécologie

Protéger les prairies permanentes : une priorité pour la biodiversité et l’agroécologie

Une étude menée par des chercheurs de l’institut INRAE et du CNRS dans le Sud-Ouest de la France montre que la disparition passée des prairies permanentes au profit des cultures annuelles a des effets rémanents observables sur plus de 20 ans sur la biodiversité d’aujourd’hui. Leurs résultats publiés dans la revue PNAS le 6 janvier 2020 appellent à sanctuariser les prairies permanentes afin de freiner le déclin de la biodiversité.

Grassland

L’agriculture intensive et la destruction des milieux naturels est une des causes majeures de la crise que connait la biodiversité à l’échelle planétaire, européenne et française. A ce jour, la plupart des études s’intéressant aux effets de l’agriculture sur la biodiversité se sont focalisées sur leurs effets immédiats, ignorant leurs potentiels effets rémanents à long terme. Grâce à des relevés des modes d’occupation des sols réalisés depuis plus de 20 ans, dans une zone d’étude de plus de 450 km² de l’Ouest de la France regroupant 11 000 parcelles agricoles, les chercheurs ont quantifié l’impact de la destruction passée des milieux naturels sur la biodiversité actuelle. La biodiversité a été analysée au sein de différents groupes d’espèces sauvages : des plantes, des oiseaux, des insectes pollinisateurs tels que les abeilles sauvages et syrphes, des insectes herbivores comme les criquets et des prédateurs comme les carabes et les araignées.

 

En comparant des paysages agricoles similaires mais ayant des historiques de modes d’occupation des sols différents, le travail des chercheurs montre un impact fort des actions passées sur la biodiversité observée actuellement dans les milieux agricoles. En particulier, la destruction passée des milieux semi-naturels, comme les prairies permanentes, a des effets délayés dans le temps et observables sur plus de 20 ans, continuant d’affecter aujourd’hui la biodiversité. Cette inertie dans la réponse de la biodiversité aux changements de mode d’occupation des sols et aux pratiques agricoles correspond à une dette d’extinction. Cette dette signifie que des espèces encore observables de nos jours dans les paysages agricoles pourraient disparaitre car l’effet des perturbations passées se poursuit sur des décennies. La présence d’habitat naturel résiduel (ex. haies, petits bois) ou alternatifs (ex. intercultures, bandes fleuries) peut ralentir un temps la dynamique d’extinction des espèces. Les chercheurs montrent également que ces effets de l’histoire s’observent sur l’ensemble de la chaine trophique, des plantes aux insectes et aux oiseaux et impactent plus particulièrement la diversité et l’abondance d’espèces ayant de faibles capacités de mobilité et un régime alimentaire spécialisé.

Cette étude originale met en exergue la nécessité de considérer l’histoire des perturbations passées pour comprendre la crise de la biodiversité actuelle et future et ses conséquences sur le fonctionnement des écosystèmes à long terme. Le constat du déclin de la biodiversité est d’ores et déjà accablant, mais celui-ci ignore encore la dette d’extinction des espèces. La biodiversité étant impliquée dans un grand nombre de processus écologiques (pollinisation, recyclage de la matière organique, prédation des ravageurs des cultures), son déclin aura d’importantes conséquences sur le fonctionnement futur des agroécosystèmes si rien n’est fait pour l’empêcher. Si la situation est préoccupante, les auteurs montrent également que la présence de prairies âgées à proximité des cultures atténue fortement le déclin de la biodiversité, et agissent comme des zones refuges d’où les espèces peuvent recoloniser et essaimer. Restaurer et sanctuariser les prairies permanentes, autrefois bien plus présentes dans les régions agricoles, apparaît comme une priorité pour éviter de payer une dette écologique qui affecterait profondément le fonctionnement des agroécosystèmes. Considérées comme une véritable richesse patrimoniale, ces prairies pourraient préserver le potentiel agroécologique au sein des paysages agricoles.